Friedrich-Ebert-Stiftung Abidjan

08 B.P 312 Abidjan 08
Tél.: 00225 22 43 88 99
Fax: 00225 22 43 87 54
info@fes-cotedivoire.org
www.fes-cotedivoire.org


Friedrich-Ebert-Stiftung (Siège)

FES Berlin
Berliner Haus
Hiroshimastraße 17
D-10785 Berlin
Phone: +49 (0) 30 / 26935-0

FES Bonn
Bonner Haus
Godesberger Allee 149
D-53175 Bonn
Phone: +49 (0) 228 / 883-0
www.fes.de


​​​​​​​

Ligne actuelle de travail

  • Renforcer le travail des organisations syndicales en tant qu’acteurs progressifs
  • Soutenir les stratégies pour le développement de la démocratie interne au sein des syndicats 
  • Aider le mouvement syndical ivoirien à améliorer les conditions de travail des employés 

Activités


« Les jeunes syndicalistes face à la Migration et aux défis sociaux : Acteurs de propositions et de solutions »
 
La migration, fait de se déplacer d’un lieu à un autre pour une longue période, pour diverses raisons, a pour finalité de rechercher soit l’intérêt personnel, soit une expérience qui pourra profiter à un groupe.
C’est en effet une des questions qui concerne beaucoup de travailleur. Souvent on a tendance à croire à tort ou à raison que les syndicalistes restent pour l’essentiel dans des revendications d’ordre pécuniaires. Or des questions telle la sécurité sociale, la migration, le dialogue social, sont autant d’aspect que doivent porter le syndicaliste dans son plaidoyer.
Mieux que de rester dans une opposition résolue, où un bras de fer, où ni lui ni l’État ne sort gagnant, il doit promouvoir un syndicalisme de proposition et non d’opposition, de dialogue et non de conflits, de revendication et non de conflits violents, un syndicalisme qui prend en compte non seulement les aspects personnels, mais aussi et surtout l’aspect social.
C’est ainsi qu’un syndicaliste bien formé, revêtant de telles attitudes pourra promouvoir la démocratie sociale et ses corollaires d’attractivité économique du pays, d’intégration, de développement et de cohésion sociale.
En vue de pérenniser cette manière d’appréhender le syndicalisme, 26 jeunes de « l’académie des jeunes syndicalistes » initié par la Friedrich-Ebert-Stiftung avec les centrales syndicales, ont pris part à un séminaire organisé du 12 au 14 juin 2019 à Yamoussoukro.
 

04 au 06 juillet 2019
FORESCOOP 2019
« Les coopératives pour un travail décent »
 
Selon une étude récente des Nations Unies, « les coopératives emploient ou sont la source de revenus de plus de 279 millions de personnes », ce qui correspond à environ 10% de la population active dans le monde ; d’où leur importance dans le monde du travail. Raison pour laquelle, à l’occasion de la journée internationale des coopératives, le Forum de Réflexions et d’Echanges sur les Sociétés Coopératives (FORESCOOP) s’est donné pour mission de réfléchir sur le thème « Les coopératives pour un travail décent », du 04 au 06 juillet 2019 à Yamoussoukro.
Cette première édition du FORESCOOP 2019 a été l’occasion de se pencher sur les conditions à réunir pour assurer un travail décent aux employés des organisations coopératives. « Il s’agit de la création d’emploi, la garantie des droits du travailleur, la protection sociale et le dialogue tripartite entre l’Etat, les représentants du patronat et les représentants des employés », a indiqué Dr. Jonathan Gbédé, Associé-Gérant du Cabinet Jad’Ex et coorganisateur dudit forum.
Les coopératives présentes, quant à elles, ont pris la ferme résolution de répercuter les conclusions de ces deux journées de réflexions au sein de leurs organisations respectives.
 

20 & 21 mars 2019, Académie des Jeunes Syndicalistes, Grand-Bassam
Trouver sa voie grâce au syndicat !

Nombreux sont les jeunes préoccupés par la situation précaire de l’emploi des jeunes. De ce fait, ils sont prêts à accepter des emplois qui sont sous le seuil de la décence pour éviter de sombrer dans des vices qui pourraient avoir un impact négatif sur leur devenir.
Il se pose alors une question : comment les jeunes envisagent-ils la défense de leurs intérêts professionnels et quelle place accordent-ils, à cet égard, au syndicat ?
Le syndicat en effet, apparaît comme un outil de changement dont devraient se servir ces jeunes. Le syndicat ne doit pas être le prête-nom de la grève, mais plutôt un syndicat de proposition, un outil de promotion de la culture du dialogue, des négociations, un outil de défense de l’amélioration de la situation souhaitée. S’adapter aux défis du 21e siècle nécessite une reforme au niveau mondial du syndicat où les jeunes ont un rôle déterminant : celui de leader déterminé à changer leur situation dans le monde du travail et bénéficier de leur droit à un travail décent.
Cela commencera par un effort au niveau interne de chaque État, mais surtout par un changement de mentalité des jeunes, un renforcement de leur capacité, et la prise d’initiatives par ceux-ci. Cela afin d’exprimer leur leadership à travers un syndicalisme fort, représentatif, démocratique qui peut et va faire changer les choses.
Alors, toi jeune qu’attends-tu pour intégrer un syndicat pour faire valoir tes idées et changer les choses ?
C’est dans cette optique que la Friedrich-Ebert-Stiftung en collaboration avec les centrales syndicales de Côte d’Ivoire a organisé la première session de l’académie des jeunes syndicalistes les 20 et 21 mars 2019 à Grand-Bassam.

Vous etes ici: » Justice Sociale » Syndicats